"

"Bo"

Rav 'Hagaï Londïn, enseignant

à la "yéshiva" militaire de Séderot


Avec la Sortie d'Egypte, on se libère des oppressions


La Sortie d'Egypte nous accompagne en permanence, durant les Shabbats et les jours de fêtes, et de nombreux commandements s'y rapportent. Pourquoi est-elle si importante au point d'être réactualisée jour et nuit1 ?

Rappelons tout d'abord que les esclaves ne pouvaient pas sortir de ce pays fermé, pour eux, hermétiquement. En fait, ce n'était pas seulement un "pays" au sens géopolitique du mot mais la prison des esclaves par excellence. D'ailleurs, "Mitsraïm", "Egypte", renvoie à l'idée d'oppression, d'étroitesse et de détresse2, antivaleurs qui n'affectent pas moins l'esprit que le corps, la servitude dans toute sa laideur.

Corolairement, l'Egypte incarnait la fatalité du déterminisme, l'impossibilité d'échapper à ses lois, c'est-à-dire à ses limites, de maîtriser les passions et autres faiblesses, idéologie païenne poussée à son paroxysme qui faisait sombrer l'individu dans le sensualisme et la matérialité à outrance. Dans ce contexte, il n'y a pas place pour les idéaux vers lesquels aspire la personnalité. C'est pourquoi des cultures ont vu le jour pour essayer de canaliser, sous forme de cultes, les penchants les plus abjects, cultes barbares comme sacrifier ses enfants aux idoles, débauche, meurtrissures à se faire saigner, cultes des excréments, etc.

Avec la Sortie d'Egypte, apparaît dans l'histoire une nation qui enseigne à l'humanité qu'on peut être libre et lutter victorieusement contre les idoles3, entendu par-là, prouver qu'on peut dépasser les limites du réel pour atteindre la morale, le bien et la justice, et dévoiler la valeur inhérente à la vie. "Est appelé juif, enseignaient nos Sages du Talmud, celui qui ne croit pas en l'idolâtrie"4.

Essentiellement, la mission du peuple juif est de réactualiser la Sortie d'Egypte sous ses expressions renouvelées et limitatives, et de s'élever vers l'avenir, vers "Je (l'Eternel, sous l'un de Ses Dévoilements) serai Qui Je serai"5.

Dès lors, rien de plus naturel que la Sortie d'Egypte fût précédée des "Dix Plaies" et de la "Traversée (mot-à-mot la "déchirure") de la Mer rouge, c'est-à-dire de l'abolition radicale, ne serait-ce que pour un temps, des lois physiques qui régissent l'ordre cosmique. Loin d'être un simple événement historique, elle exprime un tournant de l'histoire, la mise au jour du fait que "lois physiques" et "libre-arbitre" ne sont pas antagonistes.

Avec l'avènement du peuple juif se concrétise une aspiration intériorisée de l'humanité, ne plus seulement se contenter de ce qu'il y a mais vouloir dévoiler la finalité du créé, comme le signalait Rachi au début de son Commentaire sur le Livre de la Genèse6. On se serait attendu, ajoute le grand exégèse en citant des sources à l'appui de ses dires, à ce que la Torah commençât par le premier des 613 commandements, mais elle commence par la description de la création et par l'histoire de l'engendrement du peuple d'Israël pour nous faire comprendre que la relation qui unit notre peuple à Eretz-Israël résulte de la Volonté divine7.

Rappeler inlassablement la Sortie d'Egypte c'est, entre autres, réactualiser une autre relation fondamentale, celle qui unit l'Eternel à Son peuple. C'est pourquoi, lors du "Séder" de "Pessa'h", réactualisation par excellence de la Sortie d'Egypte, nous proclamons : "A chaque génération, on doit se considérer comme étant personnellement sorti d'Egypte", c'est-à-dire se libérer des faiblesses, des habitudes et des préjugés, et permettre à la lumière de la liberté d'éclairer de l'intérieur. Or "N'est dit libre que celui qui étudie la Torah"8.

Notre peuple, expliquait le Rav Kook, se caractérise, entre autres, par la volonté farouche de défendre ses principes et ses valeurs, "Expression de la liberté dans son être divin, libre de toute révolte"9.

Dr Michaël Aboulafia

En matière d'éducation,

"Changer de lieu" signifie-t-il "Changer de déterminisme astral?



Question : Notre fille, âgée de treize ans, est déprimée depuis que nous nous sommes installés dans le Sud du pays et n'arrête pas de pleurer parce qu'elle est séparée de ses copines. Devrions-nous revenir à notre précédent domicile ?

Réponse : Actuellement, on pose souvent cette question parce qu'on aspire à vivre pleinement sa vie, d'où la perplexité quant au choix du meilleur endroit pour le faire.

Avant tout, les parents, seuls, sont habilités à choisir où élire domicile et non pas les enfants. Cependant, pour eux le passage n'est pas aisé, et toute transplantation peut engendrer un véritable traumatisme. En fait, ils vivent au diapason de leurs parents. Si vous vous sentez bien et que vous soyez en accord avec votre choix, vos enfants, eux aussi, se sentiront bien. Une chose est sûre, "Changer de lieu" ne signifie pas "Changer de déterminisme astral"10, car c'est surtout le "lieu" intérieur qui influe sur le "moi", le livre personnel de notre vie. On doit surtout faire porter ses efforts, ses travaux forcés, pour ainsi dire11, sur l'édification de son monde intérieur. On ne doit pas seulement utiliser l'intelligence par nécessité mais aussi par souci de s'unir de l'intérieur à toute situation, en comprenant que "Tout est entre les mains de Dieu sauf le fait de Le craindre (ou de ne pas Le craindre)"12, saisie céleste et intériorisée du réel. Voilà où se situe notre libre-arbitre.

C'est pourquoi tout choix est important, vous ne vous êtes pas installés au sud du pays pour rien. Mais la patience résout bien des problèmes car elle engendre la souplesse d'esprit, l'art de s'adapter à un environnement nouveau et même l'art d'apprendre du changement. Votre faculté d'apprendre du nouvel endroit que vous venez de choisir aura une profonde influence sur votre fille.







1 Cf. Deut. XVI, 3 ; repris par Maïmonide, "Mishné Torah" "Hilkhot Kiriat-Shéma" 1, 3 et passim

2 -

3 Cf. Gen. XXXII, 29

4 Traité "Méguila" 13

5 Ex. III, 14

6 Gen. I, 1

7 D'après le "Yalqout Shim'oni, Béréchit 1

8 Sources passim

9 D'après "Orot Hatéchouva" 5, 5

10 Inspiré de la maxime : "Changer de lieu c'est changer de déterminisme zodiacal"

11 Inspiré de Ex. I, 14

12 Traité Bérakhot 33 b